Info : comparaison taux de nicotine cigarette VS cigarette électronique

1
175

Des études ont été réalisées sur les teneurs en nicotine de la cigarette classique et de la ecig. Nous vous en faisons un résumé.

Le taux de nicotine inhalée lors du vapotage n’est pas déterminé avec précision.

La vaporisation de la nicotine, correspondant à son passage de l’état liquide à celui d’aérosol après son chauffage par la batterie, varie en fonction des modèles de cigarettes électroniques. En effet, des différences d’efficacité ont été constatées dans les dispositifs de chauffage entre les différents modèles d’ecig. Cependant, on observe qu’en moyenne près de 60% de la nicotine présente dans la cartouche se retrouve dans la e-vapeur d’après les études de l’université Queen Mary à Londres. Le vapoteur n’inhale qu’une partie de cette nicotine mais les scientifiques ignorent la dose de nicotine ingérée.

En tout cas, une chose est sûre : elle est certainement inférieure à celle qui est mentionnée sur les flacons d’e-liquides.

Macje Goniewicz a mis au point des machines à vapoter, inspirées des machines à fumer inventées par les cigarettiers, dont le fonctionnement est basé sur les observations du comportement de dix vapoteurs pendant un mois. Il a donc effectué des tests sur une douzaine de marques de cigarettes électroniques polonaises, britanniques et américaines. Les résultats de son étude ont été publiées dans la revue Nicotine dans Tobacco Research de janvier 2013.

Des études ont montré que la délivrance de nicotine n’est pas continue ni uniforme lors du vapotage, sa densité varie et aurait tendance à augmenter après 150 bouffées. Par ailleurs, la durée, le rythme des inhalations varie fortement entre fumeurs et vapoteurs. Mais des chercheurs ont toutefois tenté d’effectuer des équivalences.

« Nous sommes partis du principe qu’une série de 15 inhalations d’une e-cigarette équivaut à fumer une cigarette traditionnelle », a déclaré Macje Goniewitcz. Dans cette série de mesures, la dose délivrée se situe en 0,025 à 0,77 mg de nicotine. Cette dose est inférieure à celle d’une cigarette entière fumée. En effet, d’après les tests effectués par Mirjana Djordjevic et l’équipe d’American Health Foundation (AHF) en 2000, les cigarettes légères, moyennes et plus fortes délivrent de 1,54 mg à 2,60 mg de nicotine.

Néanmoins, il faut se méfier des résultats de l’AHF qui avait utilisé des machines à fumer non approuvée par les autorités car elles ne reproduisent pas véritablement le comportement des fumeurs. De plus, les mesures prennent en compte les cigarettes traditionnelles présentant une très forte dose en nicotine (1,2 mg) et dont la commercialisation est prohibée en Europe. Les données fournies par l’industrie du tabac sont toujours minorées. La British American Tobacco prétend que la teneur en nicotine de la fumée de cigarette est comprise entre 0,05 mg et 0,2 mg par bouffée de 70 ml. Elle utilise des machines à fumer ayant reçues l’approbation des autorités bien qu’elles soient remises en cause par les tabacologues.

D’après les mentions se trouvant sur les paquets de cigarettes, la fumée contiendrait entre 0,1 et 0,8 mg de nicotine. Beaucoup de scientifiques remettent en doute ces indications dans la mesure où les données ont été fournies par des machines à fumer élaborées par les industriels.

Greg Connolly, du Centre de contrôle du tabac de Boston, avertit les fumeurs : « L’aspiration mécanique des machines à fumer ne reproduit pas le comportement tabagique humain et sous-estime systématiquement le comportement réel ». D’après les mesures effectuées par ces machines, des cigarettes ont été abusivement classifiées dans la catégorie des « légères ». Les machines à fumer ne prenaient pas en compte la tendance des fumeurs à prendre des grandes bouffées et de façon plus fréquente afin d’obtenir leur dose.
Selon le Professeur Dautzenberg, il convient même de multiplier ces chiffres par trois ou par six afin d’estimer leur valeur réelle.

L’équivalence du taux de nicotine n’est pas toujours connue. Cependant, les vapoteurs cherchent à l’évaluer principalement pour l’adapter par rapport à leur consommation habituelle de cigarettes classiques. Par exemple, un flacon de 10 ml ayant une teneur en nicotine de 12 mg/ml correspond à :

  1. 1200 cigarettes ultra légères (0,1 mg de nicotine), ce qui représente 60 paquets de cigarettes
  2. 200 cigarettes ultra légères (0,6 mg de nicotine), ce qui représente 10 paquets de cigarettes
  3. 150 cigarettes classiques (0,8 mg de nicotine), ce qui représente 7,5 paquets de cigarettes


Sources :

ecig-arrete.fr: http://www.ecig-arrete.fr
sciencesetavenir.fr: http://www.sciencesetavenir.fr